Nous

Mais comment a-t-on pu en arriver là ?

Solucracy, ce n'est pas qu'une méthode, c'est une aventure ! Une expérience humaine incroyable nourrie au sang, à la sueur, aux larmes (de joie) et à l'enthousiasme.

Tout a commencé en Octobre 2013, quand Yannick s'est dit que finalement, la nécessité de prioriser les demandes des clients pour améliorer le logiciel de planification du personnel sur lequel il travaillait, était la même pour une collectivité.

Il s'est dit aussi que ça pourrait être intéressant de les géolocaliser. Et donc, plein d'entrain, il a décidé d'apprendre à programmer pour créer une application web qui permettrait aux citoyens de renseigner les problèmes du territoire et de voter pour ceux qui les impactent. Cette application web s'appelait au début Democracia.fr.

Plein de gens ont participé à Democracia sur divers sujets, et le site a été retravaillé plusieurs fois pour être de plus en plus joli, de plus en plus efficace et de plus fourni en fonctionnalités.

D'ailleurs, si vous êtes motivés, vous pouvez trouver le code ici.

Et un jour, Yannick a décidé de quitter son emploi pour se consacrer à plein temps au projet. Et donc fin juin 2018, il était temps de passer à la vitesse supérieure.

Après 2 jours de formation sur l'économie de la contribution, et un atelier pour réfléchir à la meilleure manière de vivre de tout ça, le constat est sans appel : le fait d'utiliser uniquement une application web met trop de citoyens de côté.

La décision est prise : il vaut mieux créer quelque chose qui fonctionne sur le terrain sans l'aide du numérique, et si nécessaire, de booster cette méthode par des outils numériques.

Le nom de la méthode est trouvé par Klaus Roehrich à Pangloss Labs, elle s'appellera Solucracy .

En décembre 2018 débute le premier projet pilote dans le village de Leaz, avec l'aide de Stephan Krajcik, Paloma Grasser et Nicolas Pidoux.

Ce projet permet de documenter la première version de la méthode, et d'évaluer les coûts inhérents à un tel projet.

Le 11 mars 2019, Yannick rencontre Judith aux rencontres nationales de la participation citoyenne à Grenoble. Après quelques minutes de conversation, tous deux se rendent compte qu'ils sont en train de développer exactement la même chose.

Parce qu'ils sont parfaitement conscients que l'heure n'est plus à la compétition, la concurrence et le travail en silo, ils décident d'unir leurs forces !

Judith, après quelques sessions de travail, faisant preuve d'une abnégation digne d'une héroïne de Marvel, décide de mettre de côté son projet Commun'action sur lequel elle travaillait depuis 6 mois et de rejoindre Solucracy. Ce qui lui vaut automatiquement une gratitude sans bornes de la part de Yannick.

Et depuis, Solucracy grandit, soutenu par ce duo de choc, qui accorde une attention toute particulière à prendre soin des humains avec qui ils collaborent.

The end.

AhAAh NON ! Même pas the end, vous n'avez encore rien vu !

Et d'ailleurs, Solucracy est depuis une association :-)

 

Consulter les statuts

 

Contributeurs

Daniel JEROME
Ce qu'il faut absolument que le monde sache sur moi

Ce qui me passionne c’est découvrir chaque jour un peu plus qui nous sommes réellement, nous, les êtres humains (intelligence émotionnelle, psychologie positive, découvertes sur la conscience, recherches en neurosciences…). Ensuite, c’est vous rencontrer pour explorer et développer notre intelligence collective au service d’un monde meilleur. Plus de détails sur www.integraltogetherness.com

Ma contribution

Depuis ma rencontre avec Judith et Yannick aux Rencontres de l’Interrogation Démocratique à Kingersheim le 10 mai 2019, je mets au service de Solucracy ma passion pour l’exploration et la pratique de nouvelles formes de gouvernance politique et citoyenne.

Circé Debrix
Ce qu'il faut absolument que le monde sache sur moi

Je suis passionnée voire accro de l’étude des systèmes, de la coopération territoriale et de l’observation des relations entre les besoins (et les volontés!) individuels et collectifs. Mes phrases fétiches : « c’est dans mon intérêt de respecter celui des autres » et « être différent, c’est être complémentaire ». Hé oui, je pense que si on a choisi de vivre ensemble, c’est bien qu’on aime ça, qu’on a envie de se connaître, de se comprendre et que c’est tellement plus agréable si ça se passe avec plaisir et partage. Alors il y a plus qu’à … encourager l’innovation sociale et les mises en lien citoyennes!

Ma contribution

Issue du milieu de l’économie sociale et solidaire et du développement territorial participatif, je me suis spécialisée sur les diagnostics partagés, l’accompagnement de démarches collaboratives et les modèles de financement et de gouvernance ESS-public-privés, expériences et outils que je souhaite mettre à contribution du projet Solucracy et des collectifs citoyens.

Judith Aynès
Ce qu'il faut absolument que le monde sache sur moi

Solucracy est mon ikigai. Après deux ans de longues réflexions sur le sens de mes actions quotidiennes et mon travail, j’ai trouvé en Solucracy une mission qui me fait pousser des ailes : prendre soin des gens et les aider à s’épanouir au travers de rencontres et de projets qui ont du sens pour eux.

Ma contribution

Cofondatrice de Solucracy avec Yannick, je dédie 80% de mon énergie à Solucracy (parce que j’aime bien prendre soin de moi aussi 😊) pour accomplir la mission de l’association et accompagner le maximum de communes.

Yannick Laignel
Ce qu'il faut absolument que le monde sache sur moi

Je suis un curieux autodidacte qui s'intéresse à tout, mais plus particulièrement à tout ce qui permet de diminuer la quantité de souffrance dans ce monde.

J'aime bien rencontrer des gens, créer des liens et les sciences humaines. Je suis persuadé qu'on a un nouveau monde à créer et comme beaucoup d'autres, j'ai retroussé mes manches depuis un moment déjà.

Ma contribution

Parent de Solucracy, je fais tout le nécessaire pour la voir grandir et s'épanouir afin qu'elle finisse par voler de ses propres ailes.