L’écoute, génératrice de sourires

Si nous devions ne donner qu’un indicateur de la réussite d’un projet Solucracy, ce serait le sourire sur les lèvres des gens.

Lorsque nous avons construit la méthode, nous avons pensé aux gens.
Que pensent-ils ? Que vivent-ils ? De quoi ont-il besoin ? Comment les faire sourire ?

Lorsque nous accompagnons des communes, nous pensons d’abord aux gens.
Ces gens sont d’abord des hommes, des femmes et des enfants. Ils sont ensuite des habitants de la commune, et puis des élus, des experts, des artisans, des membres associatifs…

Arrêtons de penser pour les autres

De ces gens, beaucoup d’autres imaginent qu’ils savent ce dont ils ont besoin. Il a besoin d’être stimulé, elles ont besoin d’une activité pour ne pas s’ennuyer, il doit être si malheureux dans sa vie, il devrait… Beaucoup d’idées que nous nous créons pour faciliter notre raisonnement : c’est plus rapide, ça nous permet de ne pas nous remettre en question et rassure nos positions.

Le problème de cette habitude est qu’en jugeant ou interprétant trop vite, nous nous faisons une fausse idée de ce que pense l’autre. Si on ne s’arrêtait qu’à ça, ça ne poserait pas vraiment de problème. Le sujet ici c’est qu’en général, nous ne nous arrêtons pas à seulement se faire une idée. Cette idée, on la partage à d’autres, on la nourrit dans des échanges et des débats d’idées, on l’utilise dans son programme, on l’amende avec d’autres avis et on peut même en faire un combat politique.

Et ce qui est encore pire, c’est que dire “je sais ce qui est bon pour vous”, “je pense que tu devrais faire ça” ou tout simplement ignorer l’autre peut générer plusieurs vagues d’émotions négatives : se sentir rabaissé.e, être en colère, être aigri, se sentir mis.e de côté...

On s’est demandé avec Yannick comment nous pourrions éviter cette colère inutilement générée par des gens maladroits ou réducteurs d’idées. Et si nous allions tout simplement leur demander ? De quoi avez-vous besoin ?

Panneau personnalisé

Allons rencontrer les gens pour les écouter

Nous sous estimons souvent le pouvoir de l’écoute. Toutes les hommes et les femmes de ce monde ont besoin d’être écouté.es. Se savoir écouté, c’est savoir que nous sommes entendu.es, que nous sommes compris.e et que notre avis compte.

Une bonne qualité d’écoute permet avant tout de mieux comprendre l’autre. Comprendre ses réactions, ses comportements et ses actions. C’est un moyen de se concentrer pleinement sur l’autre un instant, de le questionner, d’être attentif à ce que l’autre ressent, sans jugement.

L’écoute est libératrice. Elle permet de sentir que nous comptons, de lever les mauvaises émotions et états d’âme du moment, de transformer l’échange en un moment émancipateur.

Repensez aux derniers moments où on vous a vraiment et profondément écouté… Ils sont souvent rares dans nos vies. Mais lorsque ça arrive, souvenez vous du sentiment que ça vous a procuré et de la qualité de l’échange produite.

Utiliser l’écoute comme fondement de Solucracy

Penser aux gens et prendre soin d’eux passe par une sacrée dose d’écoute. C’est que nous essayons de faire humblement à chacune de nos collaborations. Et ce n’est pas toujours évident.

Tout le monde ne connaît pas ses besoins, ou a tout du moins des difficultés à les exprimer. Il est alors essentiel de savoir poser les bonnes questions et de savoir écouter les réponses.

Nous cherchons systématiquement à connaître les besoins des personnes avec qui nous travaillons : les élus, les citoyens, les membres de l’association. Nos premières rencontres commencent toujours avec quelques questions : quels sont tes besoins et tes motivations ? qu’est-ce qui t’intéresse dans ce projet ? comment aimerais-tu contribuer ?

Nous les demandons ensuite aux habitants des communes que nous accompagnons en nous appuyant sur une méthode inspirée de la psychologie positive - la démarche appréciative - qui demande les besoins des habitants en mettant d’abord les forces du territoire en lumière : Qu’est-ce qui vous plaît dans l’endroit où vous vivez actuellement ? A quelles activités aimez-vous participer ? Quelles activités supplémentaires souhaiteriez vous ? Que souhaiteriez-vous avoir de plus pour améliorer la qualité de vie ?

Être créatif pour prendre soin des gens, les écouter, les questionner, prendre du recul lorsque nous échangeons avec un proche, pratiquer l’écoute profonde… c’est des choses que nous pourrions tous faire un peu plus. Si nous cultivions tous l’écoute, nous pourrions créer une société avec plus de sourires !

l'image "DSC01029" par someones.life est sous licence CC BY-NC-SA 2.0